« Mesdames, vous êtes belles ! » Je vous le dis souvent et je le pense très sincèrement. La publicité vous le dit aussi, mais c’est souvent pour vous imposer ses propres codes de la beauté. Et parmi ces codes imposés, il y a celui de la coloration des cheveux : pas question de laisser un cheveu blanc sur votre tête !

Ce diktat de la beauté est hélas imparable : plus d’une femme sur deux se colore les cheveux.
Pourtant, je ne suis pas tout à fait d’accord avec cette pratique… Car la qualité des colorations pour cheveux est loin d’être au rendez-vous. Souvent agressives, très souvent allergisantes, les formules de ces produits ne sont pas anodines, loin de là.

Heureusement, il existe des alternatives que je vous livrerai à la fin de cette lettre…

Ce qu’il y a dans les produits pour colorer les cheveux

Les produits proposés par les marques conventionnelles pour colorer les cheveux sont très nombreux. Mais que l’on pratique une coloration chez le coiffeur ou à la maison, en quelques minutes ou en plusieurs heures, la technique répond pourtant presque toujours à la même logique…

En fait, on va d’abord dénaturer un peu la fibre capillaire (en la décolorant ou en ouvrant les écailles des cheveux), puis on va y injecter des éléments capables de la recolorer.

Les produits les plus vendus sont, hélas, les colorations synthétiques. Ces cosmétiques répondent en tout point à la législation, mais ils contiennent presque tous des composés qui posent question :

  • Des substances irritantes

Souvenez-vous de l’odeur de l’ammoniaque que l’on retrouvait encore il n’y a pas si longtemps dans toute coloration « longue tenue » ou « effet intense ». Elle est inscrite à jamais dans nos mémoires.

Aujourd’hui, on trouve beaucoup de colorations qui se disent « sans ammoniaque » sur l’emballage. Mais ne vous y fiez pas trop : cela n’écarte pas la présence d’autres ingrédients moins connus mais tout aussi irritants ou sensibilisants.

Connaissez-vous le p-aminophénol, un dérivé de la houille ? Il est réputé caustique pour la peau et allergisant. Voyez-vous dans la liste des ingrédients le toluène 2,5 diamine sulfate ? Il est très sensibilisant. Et le 1-Naphtol ? Ce composé est irritant autant pour la peau que pour les voies respiratoires.

Le cocktail de composés irritants dans les colorations synthétiques est responsable de bien des cas d’eczéma, d’hypersensibilité ou de réactions allergiques. Tout le monde le sait, mais on se limite à avertir brièvement l’utilisateur sur l’emballage : « ne laissez pas poser trop longtemps le produit » et « faites un test de réaction avant ». C’est vous qui portez la responsabilité !

  • Des substances réputées cancérigènes

Nos amis les coiffeurs ne le savent pas toujours : le para-phénylènediamine (ou PPD) est réputé augmenter l’incidence du cancer de la vessie chez les professionnels qui l’utilisent, ou chez les utilisateurs qui ont recours aux permanentes tous les mois et demi au moins. Ce composé est typique des colorations permanentes, car il fait pénétrer l’agent colorant à l’intérieur de la fibre capillaire. Mauvaise nouvelle : il passera donc facilement la barrière cutanée.

  • Des potentiels perturbateurs endocriniens

Un ingrédient appelé « résorcinol » est facile à retenir. Heureusement, car il s’agirait là d’un perturbateur endocrinien agissant sur la thyroïde et le système immunitaire. On dit de lui qu’il passerait la barrière cutanée, et attaquerait ainsi le système nerveux central et les poumons autant que la peau ou les yeux. On voudrait l’éviter, mais il est très récurrent dans les colorations capillaires des marques de grande surface ou de salons de coiffure.

Mes 3 conseils pour choisir le bon produit

  • Décryptez la liste des ingrédients sur l’emballage de votre coloration. Si vous voyez un ingrédient cité plus haut, évitez d’utiliser le produit.
  • Ne vous fiez pas à la mention « végétale » ou « douceur » sur l’emballage, ne regardez que la liste des ingrédients.
  • Envisagez d’utiliser une vraie coloration végétale si vous en trouvez [1], car elle est plus douce et moins polémique pour la santé et la planète.

Et pourquoi pas une coloration végétale ?

Les vraies colorations végétales se présentent sous forme de poudres tinctoriales.

Ce sont des mélanges de racines, feuilles ou extraits de plantes en poudre. On a broyé finement de la noix, du curcuma, de la matricaire, de l’acacia, et on a obtenu un extrait sec.

Lorsqu’on le mélange à un liquide, on obtient une pâte qui teintera le cheveu en douceur [2]. C’est le fameux principe du henné, qui a eu mauvaise réputation car des ingrédients peu désirables s’étaient glissés dans certaines formules peu scrupuleuses, mais qui pris seul n’est pas mauvais du tout et reste un extrait de plante qui soigne le cheveu et le rend beau.

Renoncez au blond platine si vous êtes brune !

De toute façon, il n’y a pas que le henné, et aujourd’hui les colorations végétales sont presque aussi efficaces que les colorations synthétiques, pour autant que l’on accepte un temps de pause plus long et un traitement en complément. Il faut aussi noter que l’on ne peut pas décolorer ses cheveux avec une coloration végétale (passer au blond platine si on est brune n’est pas possible). De même, on ne peut pas vraiment passer du châtain clair ou du blond au foncé ou au noir, c’est périlleux.

Hormis ces quelques règles, la coloration végétale est un vrai bienfait pour les cheveux car les pigments naturels des plantes entourent le cheveu d’une gaine qui le lisse, le protège et l’épaissit.

Comment pratiquer une coloration végétale ?

Cela se fait en plusieurs étapes :

  • Il faut d’abord bien détoxiner les cheveux pour faciliter l’accroche des pigments. On pratique ce détoxinage avec un shampoing doux sans sulfates ni silicones, puis avec un masque [3] à base d’argile par exemple. On peut devoir le faire 2 fois si l’on n’a jamais pratiqué de coloration naturelle auparavant.
  • Il faut choisir une bonne coloration végétale. Elle se présente normalement sous la forme d’une poudre à mélanger à de l’eau tiède pour obtenir un masque colorant. On pose le masque de 30 minutes à 2 heures selon les marques et les couleurs choisies.
  • Il faut bien rincer sa coloration végétale. Les reflets colorés s’obtiennent au fil du temps, ils sont encore plus beaux après 2 shampoings.

Il faut noter que les colorations végétales sont des teintures temporaires. Elles s’estomperont au fil des shampoings, car elles ne font qu’imprégner la cuticule du cheveu sans les pénétrer. Elles ne s’oxydent pas non plus. La coloration végétale de bonne qualité a tendance à s’embellir pendant les 3 ou 4 premiers shampoings, puis à s’estomper.

Et de beaux cheveux gris, ça existe ?

Oui ! Tout récemment, les stylistes et certaines stars comme Meryl Streep ont décidé de porter fièrement une chevelure argent. Certaines jeunes femmes comme Lady Gaga se sont même teint les cheveux en gris. Hélas, même si c’est la tendance, la majorité des femmes se disent que c’est tout bonnement impossible à porter. Et lorsqu’elles sont parfois sur le point de succomber à une belle coupe pour assumer leurs cheveux au naturel, c’est parfois « Monsieur » qui s’y oppose…

Pourtant, la question mérite d’être posée : êtes-vous certaines qu’avec une très belle coupe de cheveux, quelque chose de parfait pour votre visage, vous ne seriez pas belle en gris ou en blanc ?

Si vous vous posez la question, c’est déjà un pas dans la bonne direction. Sinon, pas de souci, pensez alors à ces reflets discrets que l’on peut obtenir grâce aux teintures végétales.

Prenez soin de vous !

Julien Kaibeck

Découvrez en plus ici : https://www.lettre-beaute-au-naturel.com/coloration-pour-cheveux-quelles-alternatives/#Y28lrFswybMucxEc.99