lundi 3 mars 2014 – par Henri Joyeux

Dans ma dernière lettre, je vous dressais un tableau très critique de notre système de santé publique, lié notamment à la puissance des lobbies.

Car, évidemment, changer de comportements, adopter un mode de vie plus sain ne coûte rien. Il suffit d’expliquer, d’informer et de répéter. Faudra-t-il l’imposer aux médias ? À quoi servent les chaînes publiques qui ne savent que copier les privées dans une concurrence acharnée ?