Jeûner pendant 72 heures permet de reconstruire entièrement son système immunitaire, y compris chez les personnes âgées et malades.

Selon une étude scientifique réalisée par des chercheurs de l’Université de Californie du Sud, le jeûne, ne serait-ce que pendant trois jours d’affilée, aurait des bienfaits considérables sur la santé.

En effet, sous l’effet de la privation de nourriture, le corps contraindrait la moelle osseuse à produire des globules blancs en grandes quantités, lesquels ont pour fonction de combattre les infections.

Cette étude américaine publiée en 2014 affirme même que ce régime de jeûne intermittent peut être appliqué aux personnes atteintes d’un cancer et suivant une chimiothérapie.

Toutefois, il convient de se montrer prudent dans ce cas précis et d’avoir systématiquement recours à l’avis de son médecin, car pratiquer le jeûne sur une période plus longue reste en général déconseillé par les médecins chez les sujets âgés et chez les malades atteints de pathologies chroniques.

S’agissant du jeûne intermittent, « cela donne le feu vert à la moelle osseuse pour reconstruire l’ensemble du système immunitaire » explique ainsi Valter Longo, professeur de gérontologie et de biologie à l’université de Californie du Sud. « Et la bonne nouvelle est que le corps se débarrasse des parties du système immunitaire abîmées ou âgées et inefficaces, pendant le jeûne. Et si vous partez d’un système fortement endommagé par une chimiothérapie ou le vieillissement, les cycles de jeûne peuvent permettre de créer, littéralement, un nouveau système immunitaire. »

Ce processus de régénération est le même pendant les périodes de jeûne de longue durée durant lesquelles selon les chercheurs de l’UCS, le corps puise dans ses réserves de glucose et de graisses et détruit par la même occasion des globules blancs… mais pas n’importe lesquels.

En effet, on apprend ainsi dans cette étude que « quand vous vous privez de nourriture, le corps essaye d’économiser l’énergie dépensée et pour cela recycle un grand nombre de cellules du système immunitaire qui ne sont pas indispensables, notamment celles qui sont abîmées ».

Le niveau des globules blancs varie ainsi selon les périodes de jeûne et d’alimentation, baissant et augmentant en fonction du rythme d’alimentation de la personne.

Jeûner par intermittence serait ainsi le secret d’une vie plus saine mais aussi plus longue. En effet, selon plusieurs études américaines, le jeûne intermittent serait un atout pour les personnes atteintes de certaines pathologies telles que l’obésité, le diabète, les maladies cardio-vasculaires ou dégénératives, les cancers et les troubles neurologiques. Une étude publiée dans le New England Journal of Medicine en 2019, tend ainsi à prouver que le jeûne fournit au corps des cétones, véritable source d’énergie pour le cerveau.

Par ailleurs, le jeûne permet non seulement de renforcer les performances mentales et physiques, mais aussi face aux maladies.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici