vendredi 6 décembre 2013 – par Jean-Marc Dupuis

Les études scientifiques les plus rigoureuses et les plus avancées indiquent aujourd’hui qu’il pourrait être inutile et dangereux de participer au dépistage du cancer du sein.

La controverse a gagné le milieu des sommités mondiales de la médecine, qui s’appuient sur la documentation de la collaboration Cochrane (1),  un groupe de 31 000 médecins et scientifiques répartis dans 120 pays, qui a réuni la plus grande base de données mondiales d’études médicales randomisées en double-aveugle, l’étalon or de la recherche.