lundi 29 septembre 2014 – par Jean-Marc Dupuis

Chère lectrice, cher lecteur,

Rentrant de l’école ce soir en trottinette, ma fille bute dans un trottoir, plonge la tête la première et se racle la joue contre le macadam.

La lèvre est éclatée, deux dents bougent, sanguinolentes, et sa pommette est méchamment râpée. Elle laisse transpercer la lymphe et des perles de sang. Manifestement, ça doit faire mal…

Dans les pharmacies, vous trouvez des rayons entiers de sprays antiseptiques, vaporisateurs désinfectants, crèmes antibiotiques, antibactériennes, antiseptiques et autres nettoyants pour plaie. Nos grand-mères utilisaient de l’alcool, de l’eau oxygénée, de la teinture d’iode ou du mercurochrome.

Mais la seule utilité réelle de ces produits est de soulager… les parents (et les grand-mères).

Pour l’enfant blessé, ils risquent surtout d’aggraver la situation.