samedi 1 mars 2014 – par Jean-Marc Dupuis

Quand j’étais petit, des noix, c’était des noix.

Aujourd’hui, avec l’apparition de la noix de cajou, de la noix du Brésil, de la noix de pécan et de la noix de macadamia, il faut préciser « noix de Grenoble » pour être sûr qu’on parle bien de la noix française traditionnelle.

Pourtant, « noix de Grenoble » n’est pas le vrai nom de la noix.

« Noix de Grenoble » est une appellation d’origine contrôlée, AOC, comme pour les vins.

Cette AOC ne peut-être revendiquée que par les noix de certaines espèces cultivées [1] dans certaines communes de l’Isère, la Drôme et la Savoie [2].

Or, la noix pousse depuis l’homme de Cro-magnon dans bien d’autres régions, en particulier le Périgord et la Dordogne [3].